Choix de langue

fr
  • bg

  • cs

  • da

  • de

  • el

  • en

  • es

  • et

  • fr

  • hr

  • hu

  • it

  • lt

  • lv

  • nl

  • no

  • pl

  • pt

  • ro

  • ru

  • sk

  • sl

  • sv

  • tr

  • uk

Français
  • Български

  • Čeština

  • Danske

  • Deutsch

  • ελληνική

  • English

  • Español

  • Eesti keel

  • Français

  • Hrvatski

  • Magyar

  • Italiano

  • Lietuvių

  • Latviešu

  • Nederlands

  • Norsk

  • Polski

  • Português

  • Română

  • Русский

  • Slovenský

  • Slovenski

  • Svenska

  • Türkçe

  • Українська

Quelle façon de recharger votre compte vous convient-elle?

* Nous ne facturons aucune commission pour l'ajout de fonds à votre compte

Le secteur de la cybersécurité prend de l'ampleur. Où investir pour tirer parti de cette tendance ?

Les cybercrimes sont devenus un problème mondial : rien que cette année, plus de dix cybercrimes graves ont été commis contre de grandes entreprises et sociétés stratégiques. Voici les plus connus d'entre eux.

19 mars : Acer a été attaqué par un ransomware appelé Revil. Les pirates ont exigé une rançon de 50 millions de dollars.

23 mars : Sierra Wireless, un fabricant de dispositifs IoT basé au Canada, a été frappé par une cyberattaque qui a perturbé les opérations internes, et le site Web de l'entreprise est tombé en panne.

25 mars : Financial, l'une des plus grandes compagnies d'assurance américaines, a payé des pirates informatiques 40 millions de dolllars pour reprendre le contrôle du réseau interne.

21 avril : Revil, déjà mentionné plus haut, affirme avoir volé des données à Quanta Computer, un fabricant basé à Taïwan, notamment des plans de produits Apple.

10 mai : un virus a attaqué Colonial Pipeline Co. une société qui exploite un réseau de pipelines de 5 500 miles transportant du carburant des raffineries de la côte du Golfe vers la côte Est. La société a dû verser aux criminels 4,40 millions de dollars.

14 mai : une attaque de pirates informatiques a mis hors service le système d'information d'un service de santé en Irlande. Grâce à un ransomware, les attaquants ont eu accès aux données des patients.

2 juin : JBS, le plus grand producteur mondial de viande basé au Brésil, a été attaqué par des pirates informatiques, à la suite de quoi il a dû suspendre le fonctionnement de la plupart de ses usines. L'attaque visait les serveurs des filiales nord-américaine et australienne. JBS a dû payer aux pirates une rançon qui s'élevait à 11 millions de dollars.

2 juillet : une cyberattaque contre Kaseya aurait également été menée par les hackers de Revil. L'attaque a infecté non seulement les systèmes de Kaseya, mais aussi des centaines de systèmes de clients dans 17 pays. Les attaquants demandent une rançon de 70 millions de dollars.

Les cybercrimes sont devenus plus fréquents, car de nombreuses entreprises ont commencé à automatiser leur flux de travail et à stocker leurs données sur des serveurs en nuage ; ce processus a également été considérablement stimulé par la pandémie. En conséquence, les entreprises et même les gouvernements dépendent de la fiabilité de l'environnement numérique. C'est pourquoi la cybersécurité est devenue un service essentiel, auquel des fonds considérables sont consacrés.

Comme le rapporte une étude publiée par Sophos fin avril 2021, le coût moyen pour une entreprise de se remettre d'un virus de type ransomware a augmenté de plus de 100 % en un an : de 0,70M de dollars début 2020, il a atteint 1,85 million de dollars en 12 mois. La rançon moyenne versée aux attaquants bloquant les opérations informatiques a dépassé 170 000 $. Le rapport de Sophos indique également que seulement 8 % des entreprises ont pu récupérer entièrement leurs données perdues après avoir été piratées par un ransomware, 29 % des entreprises n'ont pas réussi à récupérer plus de 50 %.

Une autre étude a été réalisée par Howden, un courtier en assurances ; elle a révélé que le prix des cyberassurances, qui couvrent souvent le coût des rançons, a augmenté en moyenne de 32 % par rapport à juin 2020, tandis que le nombre d'attaques par ransomware a augmenté de 170 % depuis 2019.

Compte tenu de tout ce qui précède, investir sur le marché de la cybersécurité peut offrir un bon potentiel. Parmi les options d'investissement, on peut considérer les ETF ci-dessous qui incluent des actions de sociétés de cybersécurité. La diversification est le principal avantage concurrentiel des ETF, ce qui signifie un risque moindre pour l'investisseur.

First Trust NASDAQ Cybersecurity ETF

Faits marquants :

Indice : The Nasdaq CTA Cybersecurity Index.

Cours actuel : 48,37 $

Actifs sous gestion : 4,24 milliards de dollars

Rendement du dividende : 0,19 %

Ratio de dépenses : 0,60 %

Nombre d'actions dans l'ETF : 40

Sociétés ayant la plus grande part :

  • CrowdStrike Holdings: 6.53%
  • Zscaler: 6.44%
  • Okta: 6.21%
  • Accenture, Plc.: 6.08%
  • Cisco Systems: 5.57%

Régions ayant la plus grande part : Amériques, 93,80 %

Secteurs avec la plus grande part : Services technologiques, 83,90 %.

Ratio P/E moyen : 27,20х

Rendement depuis le début de l'année : 8,60 %

Pour en savoir plus sur cet ETF, cliquez ici.

Pour lire le document d'information clé (KID) de ce ETF, cliquez ici.

Global X Cybersecurity ETF

Faits marquants :

Indice : Indxx Cybersecurity Index.

Cours actuel : 29,90 $

Actifs sous gestion : 0,58 milliard de dollars

Rendement du dividende : 0,44 %

Ratio de dépenses : 0,50 %

Nombre d'actions dans l'ETF : 32

Sociétés ayant la plus grande part :

  • CrowdStrike Holdings: 7.21%
  • Zscaler: 6.93%
  • Fortinet: 6.33%
  • Palo Alto Networks: 5.90%
  • Okta: 5.47%

Les pays avec la plus grande part : États-Unis, 75,10 %

Secteurs avec la plus grande part : Technologies de l'information, 78,00 %.

Ratio P/E moyen : 53,90х

Rendement depuis le début de l'année : 5,73 %

Pour en savoir plus sur cet ETF, cliquez ici.

Pour lire le document d'information clé (KID) de ce ETF, cliquez ici.

iShares Cybersecurity & Tech ETF

Faits marquants :

Indice : NYSE FactSet Global Cyber Security Index.

Cours actuel : 44,05 $

Actifs sous gestion : 0,58 milliard de dollars

Rendement du dividende : 0,14 %

Ratio de dépenses : 0,47 %

Nombre d'actions dans l'ETF : 42

Sociétés ayant la plus grande part :

  • CrowdStrike Holdings: 4.81%
  • Fortinet: 4.60%
  • Docusign: 4.59%
  • Zscaler: 4.56%
  • Okta: 4.54%

Les pays avec la plus grande part : États-Unis, 81,20 %

Secteurs avec la plus grande part : Technologies de l'information, 89,00 %.

Ratio P/E moyen : 29,49х

Rendement depuis le début de l'année : 9,16 %

Pour en savoir plus sur cet ETF, cliquez ici.

Pour lire le document d'information clé (KID) de ce ETF, cliquez ici.

Comment acheter des FNB?

Si vous n'avez pas encore de compte d'investissement, ouvrez-le maintenant : vous pouvez le faire en ligne, en 10 minutes seulement. Tout ce que vous devez faire, c'est remplir un court formulaire et vérifier votre compte.

Après avoir ouvert un compte, vous pouvez acheter des ETF de l'une des manières suivantes :

Plateforme Web Freedom24 : Dans la section Terminal Web, tapez CIBR.US (First Trust NASDAQ Cybersecurity ETF), BUG.US (Global X Cybersecurity ETF) and IHAK.US (iShares Cybersecurity & Tech ETF) dans la boîte de recherche, et sélectionnez le FNB approprié dans les résultats. Ouvrez une session sécuisée dans la fenêtre de négociation à droite, sélectionnez le nombre de titres que vous souhaitez acheter, puis cliquez sur Acheter.

Application Freedom24 pour iPhone ou Android: Allez à l'écran Prix et appuyez sur l'icône de recherche dans le coin supérieur droit. Dans la boîte de dialogue de recherche qui s'affiche, tapez CIBR.US (First Trust NASDAQ Cybersecurity ETF), BUG.US (Global X Cybersecurity ETF) and IHAK.US (iShares Cybersecurity & Tech ETF), et sélectionnez le FNB approprié dans les résultats. Vous verrez alors le FNB dans la surveillance du marché ; appuyez dessus et allez à l'onglet Ordre dans la boîte de dialogue qui s'affiche. Indiquez le nombre de titres que vous souhaitez acheter et cliquez sur Acheter.


Allez sur la plateforme web Freedom24 >>


*Des informations supplémentaires sont disponibles sur demande. Les investissements en valeurs mobilières et autres instruments financiers comportent toujours des risques de perte en capital. Le client doit s'en rendre compte de sa propre initiative, notamment en se familiarisant avec l'avis de divulgation des risques. Les opinions et estimations constituent notre jugement à la date de ce document et sont susceptibles d'être modifiées sans préavis. Les commissions, frais ou autres charges peuvent diminuer les rendements financiers. Les performances passées ne sont pas indicatives des résultats futurs. Ce document ne constitue pas une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente d'un quelconque instrument financier. Les opinions et recommandations qui y figurent ne tiennent pas compte de la situation, des objectifs ou des besoins individuels des clients et ne constituent pas un service de conseil en investissement. Le destinataire de ce rapport doit prendre ses propres décisions indépendantes concernant les titres ou les instruments financiers mentionnés dans ce document. Les informations ont été obtenues de sources considérées comme fiables par Freedom Finance Cyprus Ltd ou ses filiales et/ou sociétés affiliées (collectivement dénommées Freedom Finance). Freedom Finance ne garantit pas son exhaustivité ou son exactitude, sauf en ce qui concerne les informations relatives à la Freedom Finance et/ou ses filiales et l'implication de l'analyste avec l'émetteur qui fait l'objet de la recherche. Tous les prix sont indicatifs à la clôture du marché pour les titres mentionnés, sauf indication contraire.